Le MBAM nous fait découvrir l’artiste Pop-Art Marisol!


Marisol Escobar - MBAM -Musée des Beaux Arts de Montréal - Pop-Art

Dans l’art comme dans bien d’autres domaines, il arrive souvent que les figures emblématiques féminines d’un mouvement ou d’une découverte importante soient oubliées au profit de leurs homologues masculins.

En effet, lorsque l’on pense au Pop-Art des années 1960, les noms qui viennent immédiatement en tête sont le plus souvent Warhol et Lichtenstein. Pourtant, ils sont loins d’être les seuls pionniers de ce style artistique!

Marisol Escobar - MBAM -Musée des Beaux Arts de Montréal - Pop-Art
Crédit photo: The Montrealista

Le parcours éclectique d’une artiste hors du commun

Marisol Escobar a mené tout au long de sa vie un parcours un peu bohème, nomade et international. Ses influences cosmopolites se refléteront d’ailleurs à travers son oeuvre dans les thèmes explorés, mais également dans la forme que prendront ses créations.

Née de parents Vénézuéliens à Paris, ses années formatives se passeront entre Caracas, New York et Los Angeles. Elle fréquentera ensuite l’Académie Julian et les Beaux-Arts, à Paris, puis déménage à New York en 1950 afin d’étudier auprès d’Hans Hoffman. C’est alors qu’elle se met à la sculpture.

Ses voyages au Mexique lui feront découvrir l’art précolombien, qui aura un impact durable sur son oeuvre.

Marisol Escobar - MBAM -Musée des Beaux Arts de Montréal - Pop-Art
Crédit photo: The Montrealista

L’avant-garde new-yorkaise du milieu du 20ème siècle

C’est son affiliation à plusieurs cercles de l’avant-garde new-yorkaise, dont celui d’Andy Warhol, qui propulsera son nom au premier plan. Elle deviendra d’ailleurs son amie et figurera dans plusieurs de ses films.

Ses thèmes de prédilection (la réalité des femmes et des personnes immigrantes, la justice sociale, l’intelligence animale, ainsi que la fragilité de la planète) lui vaudront une place de choix parmi la relève artistique et contribueront à ancrer son oeuvre dans la modernité.

Bien qu’elle fût une artiste prolifique toute sa vie, ses figures totémiques de l’époque pop-art des années 1960 ressortent du lot tant elles sont emblématiques de son travail. Ces personnages, entre autre des autoportraits moulés à même son visage et autres parties de son corps, se démarquent réellement de l’oeuvre de ses pairs.

Marisol Escobar - MBAM -Musée des Beaux Arts de Montréal - Pop-Art
Crédit photo: The Montrealista

Une exposition à surveiller selon The New York Times et The Washington Post!

Marisol: une rétrospective est la plus exhaustive jamais présentée, réunissant plus de 250 œuvres et documents. Son parcours est d’abord lancé au Musée des Beaux-Arts de Montréal, où nous avons vu Basquiat l’an dernier, puis elle s’arrêtera au Toledo Museum of Art (de mars à juin 2024), au Buffalo AKG Art Museum (de juillet 2024 à janvier 2025) ainsi qu’au Dallas Museum of Art (de février à juillet 2025).

Mary-Dailey Desmarais, conservatrice en chef du MBAM et responsable de la présentation montréalaise, explique:

«Cette exposition, la rétrospective la plus complète jamais consacrée à Marisol, permet de redécouvrir une artiste visionnaire au pouvoir créatif singulier. Icône de sa génération, Marisol a laissé une œuvre qui continue de résonner aujourd’hui en soulevant des questions d’actualité liées au genre, à l’environnement ou aux inégalités sociales»

Marisol est assurément une artiste à découvrir ou à mieux connaître! Ouverte jusqu’au 21 janvier 2024, vous pouvez vous procurer des billets ici.

Marisol Escobar - MBAM -Musée des Beaux Arts de Montréal - Pop-Art
Crédit photo: The Montrealista

Autres articles

LEAVE A COMMENT